Rich Nations Vowed Billions for Climate Change. Poor Countries Are Waiting.

HONG KONG, Mike Ives, New York Times, 13 September 2018— When industrialized nations pledged in 2009 to mobilize $100 billion a year by 2020 to help the poorest countries deal with climate change, it won over some sceptics in the developing world who had argued that rich nations should pay up for contributing so much to the problem. But so far only $3.5 billion is committed out of $10.3 billion pledged to the UN Green Climate Fund (GCF). Continue reading

Climate Change meeting in Bangkok – LDC Group says little progress means daunting task to conclude Paris Agreement Rulebook

13 Sept 2018, Bangkok As the United Nations Climate Change negotiations drew to a close in Bangkok, Thailand last weekend, the Least Developed Countries Group drew attention to outstanding problems to be resolved, particularly climate finance and loss and damage. The meeting was the final gathering of countries before they meet to agree the implementation guidelines for the Paris Agreement in Katowice, Poland this December. Continue reading

Samir Amin, Third World Champion and intellectual, dies

On Sunday, 12 August 2018, shortly after 4pm (local) Professor Samir Amin, African scholar and Marxist dies in hospital in Paris, where he had been flown for emergency treatment at the end of July. He was 87. All his life Amin was a Marxist, and also a pragmatist. He played a central role in advisory sessions over the prior two decades with the likes of Castro, Chavez and the world’s most respected grassroots activists. Continue reading

Bonn cimate Meeting: “Very little time left to develop rules to implement Paris Agreement before the December 2018 deadline”, say LDC group of countries

The UN climate change negotiations being held in Bonn, Germany come at a critical time as countries work to finalise the rules and processes to operate Paris Agreement, while the impacts of climate change are intensifying.

Chair of the Least Developed Countries (LDC) group, Gebru Jember Endalew, said: “Climate change is a critical issue and an urgent, global response is required. Lives and livelihoods across the world are on the line, particularly in the LDCs. We have a very small window of time left to develop a set of clear, comprehensive, and robust rules to enable full and ambitious implementation of the Paris Agreement before the December 2018 deadline.

Continue reading

Bhutan, Kiribati, São Tomé and Principe, and the Solomon Islands to ‘graduate’ out of LDC category

March 22, 2018:  in its 2018 Triennial Review the UN Committee for Development Policy (CDP) have recommended that four LDCs: Bhutan, Kiribati, São Tomé and Principe, and the Solomon Island graduate out of the LDC category to being ‘developing countries’. The CDP added that Kiribati’s graduation is contingent on the creation of a category of countries facing extreme vulnerability to environmental shocks, including climate change. This is the first time that four countries have been recommended for graduation in a single triennial review. Continue reading

UN competition for LDC Journalists offers winners a trip to Sustainable Energy Forum in Portugal in May

 Calling all journalists from the Least Developed Countries

The United Nations is looking for inspiring stories on how sustainable energy positively impacts communities and individuals in the world’s Least Developed Countries. Three winners of the ‘Voices of A Brighter Future’ competition will have their work featured by the United Nations and other news outlets, with travel and expenses covered to report from the Sustainable Energy for All Forum in Lisbon, Portugal 2-3 May 2018. Continue reading

Developing countries, including LDCs, at risk from US rate rise, debt charity warns

19 March, Larry Elliott, The Guardian: The expected rise in US interest rates will increase financial pressures on developing countries already struggling with a 60% jump in their debt repayments since 2014, a leading charity has warned. Five of the countries on the charity’s list – Angola, Lebanon, Ghana, Chad and Bhutan – were spending more than a third of government revenues on servicing debts. Countries with the highest external government debt payments as a proportion of revenue include a number of Least Developed Countries, including Angola, Chad and Bhutan.         

The Jubilee Debt Campaign said a study of 126 developing nations showed that they were devoting more than 10% of their revenues on average to paying the interest on money borrowed – the highest level since before the G7 agreement to write off the debts of the world’s poorest nations at Gleneagles, Scotland, in 2005.

Developing country debt moved down the international agenda following the Gleneagles agreement in which the G7 industrial countries agreed to spend £30bn writing off the debts owed to the International Monetary Fund and the World Bank by the 18 poor countries.

But developing country debt is now once again being closely monitored by the IMF, which says 30 of the 67 poor countries it assesses are in debt distress or at risk of being so.

Lending to developing countries almost doubled between 2008 and 2014 as low interest rates in the west led to a search for higher-yielding investments. A boom in commodity prices meant many poor countries borrowed in anticipation of tax receipts that have not materialised.

But the Jubilee Debt Campaign said the boom–bust in commodity prices was only one factor behind rising debt, pointing out that some countries were paying back money owed by former dictators, while others had been struggling with high debts for many years but had not been eligible for help. The campaign said developing countries were also vulnerable to a rise in global interest rates as central banks withdrew the support they have been providing since 2008.

The US Federal Reserve is expected to raise interest rates this week – with the financial markets expecting two or three further upward moves during 2018.

Tim Jones, an economist at the Jubilee Debt Campaign, said: “Debt payments for many countries have risen rapidly as a result of a lending boom and fall in commodity prices. The situation may worsen further as US dollar interest rates rise, and as other central banks reduce monetary stimulus. Debt payments are reducing government budgets when more spending is needed to meet the sustainable development goals.”

The US Federal Reserve is expected to raise interest rates this week, with markets expecting further rises. Photograph: AFP/Getty

External loans to developing country governments rose from $200bn per year in 2008 to $390bn in 2014 and while they have since dropped to $300-350bn per year from 2015-2017 they remained well above levels seen prior to the global financial crisis.

Commodity prices peaked in the middle of 2014 and more than halved over the next 18 months. Despite a recovery from their low in January 2016 they remain more than 40% lower than they were at their peak.

The Jubilee Debt Campaign said the fall in global commodity prices had reduced the income of many governments that are reliant on commodity exports for earnings. In addition, weaker commodity prices led to the exchange rates of developing countries falling against the US dollar, increasing the relative size of debt payments since external debts tend to be owed in dollars.

Angola and Mozambique, two sub-Saharan African countries, and Least Developed Countries, heavily dependent on commodity exports – had both seen falls of 50% in their exchange rates since 2014.

Jones said there had been a lack of transparency about how debts had been incurred. And he said private lenders should suffer from any restructuring agreements.

“Where there are debt crises, the risk is that the IMF will bail out reckless lenders, and the debt will remain with the country concerned,” Jones said. “Instead, reckless lenders need to be made to bear some of the costs of economic shocks through lower debt payments, allowing governments to maintain spending on essential services.”

Continue reading

L’Ethiopie: Le pays montre la voix pour faire prospérer une économie verte

13 – jan 2018: IPS James Jeffrey: L’Ethiopie a connu sa part méritée de la dégradation et de dommages environnementaux, mais de nos jours il met de plus en plus en place un exemple de la façon de lutter contre le changement climatique tout en réalisant la croissance économique. “La communauté internationale sait très bien que l’Ethiopie est l’un des précurseurs de la politique climatique internationale, sinon le premier pays africain”, déclare Fritz Jung, le représentant de la coopération bilatérale au développement à l’ambassade d’Allemagne à Addis-Abeba.

Ce pays de la Corne de l’Afrique a appris plus que la plupart que l’un des défis les plus importants auxquels sont confrontés les pays en développement est l’atteinte d’une prospérité économique durable qui contre les changements climatiques.

Selon le cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), “les températures maximales et minimales à travers l’Afrique orientale équatoriale augmenteront et … les modèles climatiques montrent un réchauffement dans toutes les quatre saisons en Ethiopie, qui peut entraîner des vagues de chaleur plus fréquentes”.

En Afrique, la principale préoccupation, c’est l’adaptation aux impacts négatifs des changements climatiques, bien que le rapport reconnaisse l’Ethiopie comme l’un des pays qui ont “adopté des stratégies nationales de résilience au climatique en vue de les appliquer dans tous les secteurs économiques”.

Avec la Chine et l’Inde, l’Ethiopie a servi d’une étude de cas pour les chercheurs qui mènent une enquête d’un an sur des questions telles que la politique et les impacts macro-économiques; l’innovation, l’énergie, la finance et les villes; ainsi que l’agriculture, les forêts et l’utilisation des terres.

L’Economie verte résistante au climat de l’Ethiopie (CRGE), une stratégie lancée en 2011 pour obtenir le statut de pays à revenu intermédiaire d’ici à 2025 tout en développant une économie verte, “constitue la preuve de l’engagement visionnaire de l’Ethiopie à combiner le développement socio-économique ainsi que la durabilité de l’environnement”, indique Jung.

‘Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit’ (GIZ), une entreprise internationale soutenue par le gouvernement allemand pour le développement durable, en partenariat avec les organisations gouvernementales éthiopiennes pour s’attaquer aux problèmes environnementaux.

L’un des programmes a été le Projet de gestion durable des terres (SLMP), lancé en 2008.

Le nord de l’Ethiopie a souffert d’une érosion et d’une dégradation importantes des sols – avec des agriculteurs obligés d’exploiter les pentes les plus raides, se suspendant par des cordes – avant que des tentatives ne soient faites pour contrer la destruction écologique.

Depuis ce temps, environ 250.000 hectares de terres dégradées dans les zones montagneuses éthiopiennes d’Amhara, d’Oromia et du Tigré – où vivent plus de 50 pour cent des 94 millions d’habitants d’Ethiopie – ont été restaurés pour la productivité.

Cela a été réalisé grâce à la promotion de pratiques de gestion durable des terres, telles que l’utilisation des terrasses, les systèmes de rotation des cultures, et l’amélioration des pâturages et un couver végétal permanent, profitant à plus de 100.000 ménages.

“Le SLMP avec son approche holistique augmente la disponibilité de l’eau pour l’agriculture et la productivité agricole et contribue donc directement et indirectement à une résilience accrue au climat de la population rurale”, explique à IPS, Johannes Schoeneberger, responsable de l’implication de la GIZ.

Un exemple particulier de cela, souligne Schoeneberger, a été l’introduction de fourneaux améliorés combinés avec des terrains de bois nouvellement créés dans les fermes agricoles qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre et la pression sur les forêts naturelles. Cette stratégie a également réduit les factures des ménages pour le bois de chauffage, note-t-il.

L’Ethiopie a également reconnu la façon dont ses cours d’eau abondants offrent un énorme potentiel de production d’énergie hydroélectrique. Aujourd’hui, de grands travaux d’infrastructures publiques tentent d’exploiter ce potentiel pour sortir le pays de la pauvreté.

“[Cette] mesure audacieuse en prévision de gains futurs est quelque chose sur lequel les pays doivent se concentrer”, déclare à IPS, Getahun Moges, directeur général de l’Autorité éthiopienne de l’énergie. “Je crois que chaque pays a le potentiel pour construire une économie verte, la question est de savoir s’il y a une appétit suffisante pour cela contre des intérêts à court terme”.

Quand il s’agit de pays qui travaillent sur des méthodes efficaces à mettre en œuvre, l’Ethiopie se trouve être en quelque sorte une autorité en matière de l’atteinte la durabilité en raison des expériences passées.

“Les Ethiopiens peuvent donner des réponses alors que souvent dans les pays industrialisés les gens ne sont pas sûrs de ce qu’il faut faire”, affirme à IPS, Yvo de Boer, directeur général de ‘Global Green Growth Institute’ (Institut mondial pour une croissance verte), une organisation internationale focalisée sur la croissance économique et la durabilité environnementale. “On devrait poser la question aux Ethiopiens”.

Le résultat de cette recherche était un rapport appelé ‘New Climate Economy’ (Nouvelle économie climatique – NCE), publié en septembre à Addis-Abeba et à New York.

La NCE est le projet phare de la Commission mondiale sur l’économie et le climat, créé en 2013 – l’Ethiopie en est l’un des sept membres fondateurs, et l’Institut éthiopien de recherches sur le développement a participé au partenariat mondial des grands instituts qui forment la NCE – pour voir si une croissance économique durable tout en s’attaquant aux risques des changements climatiques est réalisable.

Et la NCE a conclu que les deux objectifs sont possibles.

“L’idée que la prospérité économique est incompatible avec la lutte contre les changements climatiques s’est révélée fausse et ne tient pas”, indique à IPS, Helen Mountford, directrice de l’économie à ‘World Resources Institute’ (Institut des ressources mondiales), basé à Washington, et future directrice du programme mondial de la NCE. “C’est une idée démodée”.

Ce revirement a été rendu possible par des changements structurels et technologiques qui se déroulent dans l’économie mondiale, et par les opportunités pour une efficacité économique plus grande, selon la NCE.

En se concentrant sur les villes, l’utilisation des terres et les sources d’énergie renouvelables faibles en carbone, tout en augmentant l’efficacité des ressources, en investissant dans les infrastructures et en stimulant l’innovation, il est affirmé qu’une économie plus large et un meilleur environnement sont réalisables pour les pays à tous les niveaux de développement.

Bien que l’Ethiopie ne soit en aucun cas au bout de ses peines.

“Les changements climatiques ainsi que d’autres défis tels que la croissance démographique et des plans divergents d’utilisation des terres continuent de menacer la grande base de ressources naturelles et la biodiversité du pays”, estime Jung.

Mais l’Ethiopie semble avoir tenu compte des problèmes passés et avoir choisi de suivre un chemin différent plus durable.

Et selon ceux qui sont derrière la NCE, il y a lieu d’être optimiste à l’échelle mondiale sur la façon d’assurer un avenir plus durable.

Ils espèrent que les conclusions de la NCE encourageront un accord et une coopération futurs où les nations discuteront et mettront en œuvre des politiques internationales sur les changements climatiques, permettant aux fantômes du Protocole de Kyoto et de l’Accord de Copenhague – des efforts précédents jugés inefficaces – d’être révolus.

Mais d’autres, comme l’économiste de l’environnement, Gunnar Köhlin, directeur de ‘Environment for Development Initiative’ (Initiative d’un environnement pour le développement), une organisation basée en Suède, soulignent que les initiatives de développement durable précédentes ont eu du mal à donner des résultats tangibles, en particulier en Afrique.

“L’Afrique subsaharienne n’a pas encore investi pleinement dans un système de production et de distribution d’énergie mature”, déclare Köhlin à IPS. “Il y a donc encore beaucoup de choix à faire dans la fourniture aux ménages une énergie qui non seulement n’aggrave pas les changements climatiques mais est en même temps résistante aux impacts des changements climatiques”.

A la lumière de cette situation et de l’échec des projets précédents, indique Köhlin, la NCE se pose la question: Qu’est-ce qui sera différent cette fois?

“Au cours des 10 à 15 dernières années, de nouveaux développements politiques ont commencé se produire”, explique Mountford. “Oui, il y a eu des échecs, mais il y a eu beaucoup de succès et nous avons donc fait le point de ces choses- nous sommes maintenant à un point de basculement, avec les leçons tirées de ces récentes expériences et innovations technologiques importantes qui nous donnent de nouvelles opportunités”.

Le véritable test du mérite de la NCE viendra lors de la prochaine grande convention sur les changements climatiques prévue à Paris en 2015, lorsque les dirigeants du monde entier se battront et tenteront de s’entendre sur une stratégie internationale.

“Espérons que Paris pourrait apporter des décisions et accords historiques, et ce rapport pourrait contribuer à cette fin”, indique Moges. Continue reading

Rohingya marooned in Bangladesh face an uncertain future

COX’S BAZAR, Bangladesh, Jan 3 2018 Sohara Mehroze Shachi (IPS) – Hundreds of thousands of Rohingya refugee women from Myanmar are currently living in the cramped camps along Bangladesh Myanmar border. Victims of sexual and physical violence in the Rakhine state, women have been disproportionately affected by this crisis and these women’s perils are far from over in the host country as they continue to face multifaceted challenges. Continue reading